Les adolescents qui utilisent des cigarettes électroniques sont + susceptibles de commencer à fumer

Ces dernières années, les cigarettes électroniques ont gagné en popularité. Les utilisateurs de cigarette électronique comprennent aujourd’hui un nombre croissant d’adolescents, dont beaucoup n’ont jamais fumé de tabac. Une nouvelle étude a examiné si les jeunes adolescents qui commencent à utiliser des cigarettes électroniques pourraient aussi être plus susceptibles d’expérimenter les produits du tabac à fumer.

Importance L’exposition à la nicotine dans les cigarettes électroniques est de plus en plus courante chez les adolescents qui déclarent ne jamais avoir fumé de tabac combustible.

Objectif Évaluer si l’utilisation de la cigarette électronique chez les adolescents de 14ans qui n’ont jamais essayé de tabac à fumer est associée à un risque de commencer à fumer l’un des 3produits du tabac combustibles (c.-à-d. cigarettes, cigares et narguilé).

Conception, environnement et participants Évaluation répétée longitudinale d’une cohorte en milieu scolaire à l’entrée dans l’étude (automne2013, élèves de troisième, âge moyen de 14,1ans), lors d’un suivi à 6mois (printemps2014, élèves de troisième) et lors d’un suivi à 12mois (automne2014, élèves de seconde). Dix lycées publics à Los Angeles, en Californie, ont été recrutés par échantillonnage de commodité. Les participants étaient des élèves qui déclaraient ne jamais avoir fumé de tabac combustible à l’entrée dans l’étude et ont effectué les évaluations de suivi à 6ou 12mois (n=2530). À chaque point d’évaluation, les élèves ont rempli des questionnaires d’auto-évaluation dans le cadre d’un recueil de données en classe.

Exposition Auto-évaluation par les élèves de l’usage des cigarettes électroniques (oui ou non) à l’entrée dans l’étude.

Principaux critères d’évaluation et mesures Comptes rendus de suivi à 6 et 12mois sur la consommation de l’un des produits du tabac suivants au cours des 6mois précédents: (1)tout produit du tabac combustible (oui ou non); (2)cigarettes combustibles (oui ou non), (3)cigares (oui ou non); (4)narguilé (oui ou non); et (5)nombre de produits du tabac combustibles (intervalle:0-3).

Résultats La consommation, au cours des 6mois précédents, de tout produit du tabac combustible était plus fréquente chez les participants qui avaient déjà utilisé des cigarettes électroniques à l’entrée dans l’étude (n=222) que chez ceux qui n’en avaient jamais utilisé (n=2308) lors du suivi à 6mois (30,7% contre 8,1%, respectivement; différence entre les groupes dans les taux de prévalence=22,7% [IC à 95%: 16,4 à 28,9%]) et lors du suivi à 12mois (25,2% contre 9,3 %, respectivement; différence entre les groupes=15,9% [IC à 95%: 10 à 21,8%]). L’usage de la cigarette électronique à l’entrée dans l’étude a été associée à une plus grande probabilité de consommation de tout produit du tabac combustible en moyenne sur les périodes de suivi dans les analyses non corrigées (risque relatif [RR]=4,27 [IC à 95%: 3,19 à 5,71]) et dans les analyses corrigées pour prendre en compte les facteurs de risque socio-démographiques, environnementaux et intrapersonnels de fumer (RR=2,73 [IC à 95% : 2 à 3,73]). Les analyses spécifiques au produit ont montré que l’utilisation de la cigarette électronique à l’entrée dans l’étude présentait une association positive avec la consommation de cigarettes (R=2,65 [IC à 95%: 1,73 à 4,05]), de cigares (RR=4,85 [IC à 95%: 3,38 à 6,96]) et de narguilé (RR=3,25 [IC à 95%: 2,29 à 4,62]) combustibles, et avec le nombre de produits combustibles différents consommés (RR=4,26 [IC à 95%: 3,16 à 5,74]) en moyenne sur les 2périodes de suivi.

Conclusions et pertinence Parmi les lycéens à Los Angeles, comparativement aux non-utilisateurs, ceux qui avaient déjà utilisé des cigarettes électroniques à l’entrée dans l’étude étaient plus susceptibles de signaler un début de consommation de tabac à fumer au cours de l’année à venir. De plus amples recherches sont nécessaires pour comprendre si cette association présente un lien de cause à effet.

alt