La circonférence du cou, un facteur de risque de SAOS sévère ?

 

 

Abbab S et coll. Neck circumference. metabolic syndrome and obstructive sleep apnea syndrome; Evaluation of possible linkage. Med Sci Monit. 2013 ;19:111-7.

Le syndrome métabolique (SMET) s’accompagne en règle d’une obésité qui ne va pas sans entraîner une augmentation de la plupart des paramètres physiques (poids, tour de taille, tour de hanche…) mesurés dans le but d’évaluer le risque cardiovasculaire. La circonférence du cou (CC) n’est pas couramment utilisée à cet égard, car moins standardisée et surtout d’intérêt non validé. Elle peut cependant faire l’objet d’études originales qui amènent un éclairage nouveau sur certaines pathologies, telles le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS)…

Parmi celles-ci, figure une petite étude transversale dans laquelle ont été inclus 44 patients chez lesquels le diagnostic de SAOS avait été évoqué. Celui-ci a été confirmé ou non par l’enregistrement polysomnographique (EPS) qui a permis de classer les participants en plusieurs groupes selon les valeurs de l’index d’apnées et d’hypopnées (IAH) : (1) 30/h : SAOS sévère. Il faut rappeler que l’apnée correspond à une pause respiratoire d’au moins 10 secondes, alors que l’hypopnée correspond à une baisse du débit respiratoire pendant plus de 10 secondes, la désaturation en oxygène devant être d’au moins 4 %.

Plusieurs variables ont été mesurées ou calculées : poids, taille, CC, tour de taille (TT) et indice de masse corporelle (IMC). Le SMET a été défini selon les critères en vigueur, notamment ceux de l’ATP (Adult Treatment Panel) version III, sur la présence d’au moins 3 des anomalies suivantes : 1) CA ≥ 94 cm chez les hommes et  ≥ 80 cm chez les femmes; 2) pression artérielle ≥ 130/85 mm Hg; 3) glycémie à jeun ≥ 1 g/l; 4) high density lipoprotein (HDL)-cholestérol < 0,40 g/l chez les hommes ,

Dans les formes les plus sévères du SAOS, les valeurs moyennes de l’IMC et du CC se sont avérées significativement plus élevées (respectivement p=0,021 et p

Cette petite étude transversale sans grande prétention suggère que la CC est plus élevée dans les formes sévères du SAOS. En revanche, la prévalence du SMET ne serait pas corrélée à la sévérité de ce syndrome, ce qui ferait de la CC un facteur de risque indépendant de gravité du SAOS. Une hypothèse qui reste à confirmer

 

Rapporté par le Dr Philippe Tellier in JIM.fr