Durée de l’immunité après la guérison de COVID-19 et de la vaccination anti covid 19

Résumé : Le système immunitaire de plus de 95 % des personnes qui se sont rétablies du COVID-19 avaient des souvenirs durables du virus jusqu'à huit mois après l'infection. 
  Les résultats permettent d'espérer que les personnes recevant des vaccins contre le SRAS-CoV-2 développeront des souvenirs immunitaires durables similaires après la vaccination. 
    
      Une fois que les personnes atteintes se sont remises d'une infection par un virus, le système immunitaire en conserve la mémoire. Les cellules immunitaires et les protéines qui circulent dans le corps peuvent reconnaître et tuer l'agent pathogène s'il est à nouveau rencontré. Celles-ci protègent contre la maladie et réduisent sa gravité.
 
Cette protection immunitaire à long terme fait intervenir plusieurs composantes. Les anticorps (des protéines qui circulent dans le sang) reconnaissent les substances étrangères comme les virus et les neutralisent. Différents types de cellules T aident à reconnaître et à tuer les agents pathogènes. Les cellules B fabriquent de nouveaux anticorps lorsque le corps en a besoin.
 
Tous ces composants du système immunitaire ont été trouvés chez des personnes qui se remettent du SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. Mais les détails de cette réponse immunitaire et combien de temps elle dure après l'infection ne sont pas clairs. Des rapports épars de réinfection par le SRAS-CoV-2 ont fait craindre que la réponse immunitaire au virus ne soit pas durable.
 
Pour mieux comprendre la mémoire immunitaire du SRAS-CoV-2, les chercheurs dirigés par les Drs. Daniela Weiskopf, Alessandro Sette et Shane Crotty de l'Institut d'immunologie de La Jolla ont analysé les cellules immunitaires et les anticorps de près de 200 personnes qui avaient été exposées au SRAS-CoV-2 et se sont rétablies.
La recherche a été financée en partie par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) du NIH et le National Cancer Institute (NCI). Les résultats ont été publiés le 6 janvier 2021 dans Science.
 
Les chercheurs ont trouvé des réponses immunitaires durables chez la majorité des personnes étudiées. Des anticorps contre la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, que le virus utilise pour pénétrer à l'intérieur des cellules, ont été trouvés chez 98% des participants un mois après l'apparition des symptômes. Comme on l'a vu dans des études précédentes, le nombre d'anticorps variait considérablement entre les individus. Mais, de façon prometteuse, leurs niveaux sont restés assez stables au fil du temps, ne diminuant que modestement 6 à 8 mois après l'infection.
 
Les cellules B spécifiques du virus ont augmenté avec le temps. Les gens avaient plus de cellules B mémoire six mois après l'apparition des symptômes qu'un mois après. Bien que le nombre de ces cellules semble atteindre un plateau après quelques mois, les niveaux n'ont pas diminué au cours de la période étudiée.
 
 Les niveaux de cellules T pour le virus sont également restés élevés après l'infection. Six mois après l'apparition des symptômes, 92 % des participants avaient des lymphocytes T CD4+ qui reconnaissaient le virus. Ces cellules aident à coordonner la réponse immunitaire. Environ la moitié des participants avaient des cellules T CD8+, qui tuent les cellules infectées par le virus.
  
 Comme pour les anticorps, le nombre de différents types de cellules immunitaires variait considérablement d'un individu à l'autre. Ni le sexe ni les différences de gravité de la maladie ne pouvaient expliquer cette variabilité. Cependant, 95% des personnes avaient au moins 3 des 5 composants du système immunitaire qui pouvaient reconnaître le SRAS-CoV-2 jusqu'à 8 mois après l'infection.
  
 «Il y a plusieurs mois, nos études ont montré que l'infection naturelle induisait une forte réponse, et cette étude montre maintenant que les réponses durent», explique Weiskopf. "Nous espérons qu'un modèle similaire de réponses durables dans le temps émergera également pour les réponses induites par le vaccin."
  
Article original en anglais de Sharon Reynolds                                 
Traduction : site " www.aurespneumo.com " Pr A. Djebbar