Le masque a-t-il un impact sur la saturation en O2 des asthmatiques ?

L’utilisation d’un masque fait partie des principales mesures barrières permettant de réduire la transmission de la Covid-19, l’effet du port du masque sur la saturation en oxygène (SpO2) est une question récurrente chez les patients asthmatiques. Les patients adultes et pédiatriques consécutifs qui se sont présentés à un centre spécialisé dans la prise en charge de l’asthme (dans le Michigan, États-Unis) entre le 9 et le 23 octobre2020 ont été invités à répondre à une enquête portant sur les caractéristiques démographiques, le diagnostic d’asthme, la perception du contrôle de l’asthme et le type de masque porté. Une oxymétrie de pouls a été réalisée pendant le port du masque, et les répondeurs ont indiqué la durée d’utilisation du masque avant la mesure. Au total, 230 questionnaires ont été recueillis, et 7 questionnaires sans mesure adéquate de la SpO2 ont été exclus. Sur les 223 enquêtes analysées, 40 % étaient des hommes (n = 89), 46 % ont déclaré souffrir d’asthme (n = 102) et 27 % étaient âgés de 19 ans ou moins (n = 60). La SpO2 se situait entre 93 et 100 % (moyenne de 98 %) chez les personnes asthmatiques (n = 102), et entre 93 et 100 % (moyenne de 98 %) chez les personnes non asthmatiques (n = 121) (figure)

popup_img

La moyenne de la SpO2 n’a pas montré de différence significative après ajustement en fonction du sexe (hommes : 98 %, femmes : 98 %), de l’origine ethnique (Afro-Américains : 98,5 %, Caucasiens  : 98 %, autres : 98 à 99,5 %), du type de masque utilisé (tissu : 98 %, n = 119 ; chirurgical : 98 %, n = 83 ; masque N95 : 99 %, n = 3), ou de la durée de port du masque (< 1 heure : 98 %, 1 heure ou plus : 99 %). Les asthmatiques ayant répondu au questionnaire et déclaré leur niveau de contrôle (n = 100) avaient une SpO2 moyenne similaire dans les groupes asthme bien contrôlé (n = 80, moyenne de 98 %), assez contrôlé (n = 18, moyenne de 98 %) et non contrôlé (n = 2, moyenne de 96,5 %).

En conclusion, cette étude montre que le port du masque n’a pas diminué les taux de SpO2 chez les patients, qu’ils soient asthmatiques ou non, et ce, quel que soit le type de masque porté. Ni la durée de port du masque, ni la perception du contrôle de l’asthme n’ont été corrélées avec un taux diminué de SpO2.

D’après Hodges M et al., abstr. L18, actualisé . paru sur la revue , la lettre du Pneumologue. – Actualités au congrès AAAAI

( American Academy of Allergy, Asthma & Immunology, ) Édition virtuelle, 26 février – 1er mars 2021