La lutte contre la tuberculose, compromise par le tabac

Basu S et coll. :
Projected effects of tobacco smoking on worldwide tuberculosis control: mathematical modelling analysis.
BMJ 2011;343:d5506 doi: 10.1136/bmj.d5506.

 

 

Objectif 6 du Millénaire pour le développement, cible 8 : d’ici 2015, avoir enrayé la progression de la tuberculose et avoir commencé à inverser la tendance actuelle. Malgré les efforts déployés pour rompre la chaîne de transmission, le haut niveau de dépistage mis en place et les traitements alloués, plusieurs pays n’atteindront sans doute pas cet objectif. Les causes en sont nombreuses, et parmi elles, le tabagisme. S’il est un fléau dans les pays développés, il l’est encore plus dans ceux à forte prévalence de tuberculose. Selon certains travaux, fumer augmente le risque de tuberculose latente d’un facteur de 1,9, multiplie par deux le risque de tuberculose active et par 2,6 le risque de décès par tuberculose. Rapporté à l’échelle d’une population, l’impact est majeur. Le British Medical Journal publie ces jours-ci une analyse des effets possibles du tabagisme sur le contrôle de la tuberculose à l’échelle mondiale. Il s’agit d’une modélisation, et les auteurs ont établi trois scénarios : le scénario « de base », dans lequel le tabagisme continue sa progression au même rythme qu’entre 2005 et 2010, jusqu’à une prévalence maximum de 40 % ; le scénario pessimiste, où la progression parviendrait à une prévalence de 50 % chez les sujets de plus de 15 ans en 2015 ; le scénario optimiste enfin, où le tabagisme suit la décroissance annuelle de 1 % constatée aux Etats-Unis jusqu’à atteindre 0 %. Les calculs tiennent compte des caractères épidémiologiques particuliers de la tuberculose. Si la tendance actuelle se poursuit (scénario de base), le tabagisme favoriserait 18 millions de cas de tuberculose supplémentaires et provoquerait 40 millions de décès en plus entre 2010 et 2050, avec un impact particulièrement marqué en Afrique, dans les pays de l’Est de la Méditerranée, du Sud Est asiatique et de l’Ouest du Pacifique. Le tabagisme augmenterait le nombre de cas de tuberculose de 7 % et le nombre de décès de 66 % par rapport aux prédictions qui ne tiennent pas compte de ce facteur. Si la prévalence du tabagisme monte à 50 % (scénario pessimiste), une augmentation de 6 % et de 12 % respectivement du nombre de cas de tuberculose et de décès (par rapport au modèle de base) peut être attendue, susceptible de retarder la possibilité d’atteindre l’objectif du contrôle de la maladie d’environ 35 ans. Un contrôle intensif du tabagisme, comme il est mis en place dans certains pays industrialisés permettrait au contraire d’éviter 27 millions de morts d’ici 2050. Les auteurs estiment que si la progression du tabagisme se poursuit, favorisée par une démarche particulièrement offensive des multinationales du tabac dans certains pays, l’objectif 6 du Millénaire ne sera assurément pas atteint dans ces pays. Et même si ce n’est pas la seule raison de l’échec annoncé, il est difficile

de ne pas le déplorer

 

 

Pr djebbar