BPCO – Corticoïdes inhalés – Fractures

Utilisation à long terme des corticoïdes inhalés (CI) dans la BPCO et risque de fracture.

Gonzalez A. V. et al.   Chest  2018    153      2          321      328

http://journal.chestnet.org/article/S0012-3692(17)31243-6/fulltext

Pour évaluer si la prise à long terme de CI chez les patients souffrant de BPCO augmente le risque de fractures de hanche ou des membres supérieurs, et les différences selon le sexe, les bases de données du Québec sur les soins de santé ont été utilisées pour former une cohorte de 1990 à 2005 suivis jusqu’en 2007.

Dans la cohorte de 240 110 sujets, 19 396 ont subi une fracture au cours d’une période moyenne de 5,3 ans (taux de 15,2/1000/an). Toute utilisation de CI n’a pas été associée à une augmentation du nombre de fracture (RR : 1,00). Le nombre de fracture a augmenté avec plus de 4 ans de prise de CI avec des doses quotidiennes de 1 000 µg équivalents fluticasone (RR : 1,10). Cette augmentation du risque n’a pas différé entre hommes et femmes.

Au total, la prise à long terme de fortes doses de CI est associée à une augmentation modeste du risque de fracture de hanche et des membres supérieurs chez les patients souffrant de BPCO. Cette augmentation dose-durée du risque ne semble pas plus élevée chez la femme.

(Commentaire :

C. Krespine