BPCO : le score PEARL permet d’identifier les patients à haut risque

 

alt

Après une hospitalisation pour exacerbation aiguë d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), un patient sur trois est réhospitalisé dans les 90 jours suivant sa sortie. Un outil pronostique permettrait d’identifier les patients nécessitant des soins supplémentaires et d’améliorer ainsi leur évolution ainsi que l’efficience des ressources allouées. Certains scores existants ont déjà été testés, mais leur capacité à prédire le risque de réadmission ou de décès s’est révélée modeste. Une équipe britannique vient de valider un nouveau score pronostique qui pourrait aider à améliorer la prise en charge de ces patients après une hospitalisation pour exacerbation aiguë.

Méthodologie

  • Un outil pour prédire le risque de réadmission sous 90 jours ou le décès sans hospitalisation de patients hospitalisés pour une exacerbation aiguë de BPCO a été développé au sein de deux hôpitaux britanniques (cohorte de dérivation).
  • La performance de cet outil a ensuite été validée au sein des mêmes hôpitaux mais de façon décalée dans le temps (cohorte de validation interne), puis au sein de 4 autres hôpitaux britanniques (cohorte de validation externe) chez les patients en vie à leur sortie d’hôpital.
  • Pour être inclus, ces patients devaient avoir eu un diagnostic d’exacerbation de BPCO, avoir montré une obstruction bronchique à la spirométrie, être âgés de 35 ans ou plus et avoir une histoire de tabagisme d’au moins 10 paquets-années.
  • Les patients qui étaient atteints d’une pathologie susceptible de limiter leur survie à moins d’un an étaient exclus.
  • La performance du score PEARL a été évaluée à 30 jours et comparée à celle d’outils existants à 30 et 90 jours suivant la sortie d’hôpital: scores ADO, BODEX, CODEX, DOSE et LACE.
  • Le critère d’évaluation principal était un critère composite associant le nombre de réadmission et de décès à 90 jours.

Résultats

  • Parmi les 2.417 patients ayant été hospitalisés pour une exacerbation aiguë de BPCO, 936 ont été à nouveau hospitalisés ou sont décédés dans les 90 jours suivant leur sortie de l’hôpital.
  • 5 variables indépendantes ont été prises en compte pour élaborer le score pronostique PEARL dans le modèle final : l’antécédent d’hospitalisation, le score eMRCD (extended Medical Research Council dyspnoea), l’âge (80 ans ou plus), une insuffisance ventriculaire droite ou une insuffisance ventriculaire gauche.
  • Ce score a démontré une valeur prédictive précise du risque de réadmission ou de décès à 90 jours et cohérente entre les différentes cohortes: coefficient de corrélation de 0,73 dans la cohorte de dérivation, 0,68 dans la cohorte de validation interne et 0,70 dans la cohorte de dérivation.
  • Ces valeurs étaient supérieures à celles des scores existants.
  • Un score de [0 -1] indiquait un faible risque, [2-4] un risque intermédiaire et [≥5] un risque élevé. Un score PEARL élevé était associé à un délai plus court de réadmission à l’hôpital, tandis que seuls 2,5% des patients classés comme étant à faible risque sont décédés dans les 90 jours suivant leur sortie de l’hôpital.

Limitations

La plupart des patients inclus dans la cohorte de validation interne ont été recrutés de façon rétrospective, ce qui a pu modifier la performance du score.

À retenir

Le score PEARL est facile à utiliser au chevet du patient puisqu’il repose sur des données disponibles pour tous les patients lors de l’admission. Il permet de les stratifier précisément en fonction de leur risque de réadmission ou de décès à 90 jours, mieux que ne le permettaient les scores utilisés jusqu’ici. Un outil qui pourrait seconder utilement le jugement des cliniciens dans l’attribution des ressources aux patients les plus à risque.

Echevarria C et al. The PEARL score predicts 90-day readmission or death after hospitalisation for acute exacerbation of COPD. Thorax published online on February 24, 2017. DOI: 10.1136/thoraxjnl-2016-209298.

http://thorax.bmj.com/content/thoraxjnl/early/2017/02/24/thoraxjnl-2016-209298.full.pdf

Commentaire de l’article publié sur Univaedis.fr du 08 Mars 2017