BPCO – Exacerbation – Eosinophilie

Éosinophilie sanguine et exacerbations des BPCO. L’étude d’une population générale à Copenhague.

VEDEL-KROGH S. et al.Am J Respir Crit Care Med 2016-193/9/965-974

http://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/rccm.201509-1869OC#.Vym75BWLSV4

Pour tester l’hypothèse selon laquelle une hyperéosinophilie sanguine prédirait les exacerbations de BPCO, il a été examiné parmi une population générale de 81 668 personnes, 7 225 BPCO diagnostiqués sur la spirométrie. Le risque d’exacerbation a également été évalué chez 203 sujets souffrant de BPCO clinique définie par un antécédent de tabagisme d’au moins 10PA, un VEMS< 70%vr et au moins une exacerbation modérée ou sévère dans l'année avant.

Au cours du suivi moyen de 3.3 ans (entre 0.03 et 8.1 ans), 1 439 exacerbations sévères de BPCO et 2.864 exacerbations modérées ont été enregistrées. Parmi tous les patients souffrant de BPCO, une éosinophilie sanguine au-dessus versus au-dessous de 0.34×109 cellules/L avaient des des rapports du taux d’incidence ajusté sur les multivariables de 1.76 pour les exacerbations sévères et 1.15 pour les exacerbations modérées. Les valeurs correspondantes chez ceux avec BPCO clinique étaient de 3.21 et 1.69. À l’inverse, en se servant du point seuil de 2% d’éosinophiles sanguins, le risque d’exacerbations était augmenté pour les exacerbations sévères seulement chez les sujets souffrant de BPCO clinique et non les sujets de la population plus large.

En conclusion, parmi les personnes souffrant de BPCO dans la population générale, l’augmentation de l’éosinophilie sanguine à des taux au-dessus de 0.34×109 cellules/L a été associée à un risque multiplié de 1.76 fois d’exacerbations sévères.

(Commentaire :

C. Krespine