Enfant – Asthme sévère – Traitement

Ajout de l’Omalizumab chez l’enfant souffrant d’asthme allergique sévère: un an de suivi dans la vie courante.

Deschildre A. et al. Eur Respir J       2013    42        5          1224    1233.

http://erj.ersjournals.com/content/42/5/1224.abstract

            L’efficacité et l’innocuité de l’Omalizumab ont été évaluées chez 104 enfants (âgés de 6-18 ans) souffrant d’asthme sévère dans les conditions de la vie courante.

            Les enfants avaient pour caractéristiques une sensibilisation allergique à 3 allergènes ou plus (66%), un taux élevé d’IgE(en moyenne 1 125kU/L), un nombre important d’exacerbations (4.4/an) et de soins médicaux au cours de l’année au cours de l’année précédente, ainsi qu’une dose élevée de corticoïdes inhalés (CI: en moyenne 703µg d’équivalent Fluticasone). Les niveaux de contrôle de l’asthme définis comme bon, moyen ou mauvais à initialement s’amélioraient respectivement de 0%, 18% et 82% à l’entrée à 53%, 30% et 17% à la 20ème semaine et de 67%, 25% et 8% à la 52ème semaine. Les exacerbations et hospitalisations chutaient de 72% et 88.5%. Á 12 mois, le VEMS s’améliorait de 4.9% et la dose de CI baissait de 30%. Six patients arrêtaient l’Omalizumab du fait d’effets secondaires en rapport avec leur utilisation.

            Au total, l’Omalizumab a amélioré le contrôle de l’asthme chez l’enfant souffrant d’asthme allergique sévère et a été généralement bien toléré. Le bénéfice observé a été plus important que celui rapporté lors des essais cliniques.

(Commentaire: NON, je jure n’avoir aucun conflit d’intérêt mais si le labo veut me payer pas de problème…je ne changerai pas un mot de cet article).

C. Krespine